Accueil > CNRD > Sujets des années passées > CNRD 2011-2012 "Résister dans les camps nazis" > Travailler avec des films, des dessins, des livres, de la musique...

Travailler avec des films, des dessins, des livres, de la musique...

La Résistance dans les camps a pris des formes différentes.
Les supports d’études sont multiples également .
Nous vous en proposons quelques uns .

3 films

- Le plus généraliste est le documentaire de Patrick Rotman, "Les survivants".
Il tire son nom du fait que l’auteur interroge des rescapés des camps. Et du fait que ceux qui rentrent ne sont plus des vivants, mais les survivants d’un système qui était destiné à les broyer.
Le documentaire est construit en montage alterné, présentant les témoins, des photos et des scènes filmées.
Il dresse un tableau du système concentrationnaire, raconte les circonstances de la libération des camps, et explique dans quelles circonstances sont tournées les image ou réalisées les photos.
Le documentaire fait le récit de la révolte du Sonderkommando d’Auschwitz le 7 octobre 1944.

- Film de fiction, "L’enclos", réalisé par l’ancien déporté Armand Gatti en 1961, a reçu le prix de la critique au festival de Cannes 1961.
Il s’ouvre sur une longue séquence, filmée dans une carrière, qui fait évidemment penser à Mauthausen.
Gatti recrée en fait un camp imaginaire, Tatenberg, camp mixte où cohabitent différents types de prisonnier : Karl, détenu politique allemand, interné depuis 1933 ; David, juif français ; Anna, résistante tchèque.
Le film montre différentes formes de solidarité et de Résistance, jusqu’au sacrifice, alors que les SS organisent le meurtre entre 2 détenus, condamnés à s’affronter dans un enclos pour espérer avoir la vie sauve.

- "Sobibor", de Claude Lanzman, raconte, sur le modèle de "Shoah", la révolte qui s’est produite dans ce centre de mise à mort, le 14 octobre 1943 à 16 h.
"Sobibor" sera projeté au musée de la Résistance et de la déportation du Cher le 2 février 2012 à 18 h .

A visionner sur le même thème : le témoignage du rescapé Thomas Blatt, lors d’une conférence au Mémorial de la Shoah à Paris
en 2010 : "Les révoltés de la Shoah". (Il intervient vers 1 h et 37 minutes lors de la conférence filmée ).

http://www.ressources-audiovisuelles.memorialdelashoah.org/index.php?pla_id=e5af415ba7401ffe#

Des dessins réalisés dans les camps

Le sujet du CNRD étant "Résister dans les camps nazis", sont exclus des ressources pour le concours les dessins réalisés au retour des camps, postérieurement à la déportation.
Il existe néanmoins des déportés qui ont réussi , non seulement à dessiner pendant leur internement, mais aussi à sauver leur production.
Quelques noms, sur lesquels diverses ressources sont disponibles en ligne, notamment leurs biographies :

- Boris Taslitzky .
Il a réalisé près de 200 dessins à Buchenwald !
Ils sont disponibles sur le remarquable site qui lui est consacré :

http://boris-taslitzky.fr/dessins/guerre-Buchenwald/1944-1945-
Buchenwald1/dessins-guerre-1944-1945-Buchenwald1.htm

Certains sont repris dans les pages du site de l’association française Buchenwald, Dora et Kommandos.

http://buchenwald-dora.fr/1lecampdebuch/accueilbuch.htm

- Léon Delarbre.
Ses dessins sont visibles sur différents sites :

http://buchenwald-dora.fr/2lecampdedora/kdoharzungen.htm

Ou bien :

http://d-d.natanson.pagesperso-orange.fr/art_et_camps.htm

Dominique Natanson présente un autre déporté dont les oeuvres réalisés à Therensienstadt ont été récupérées : Leo Haas.

- L’abbé Jean Daligault.
Quelques oeuvres réalisées dans les camps sont visibles dans le catalogue d’exposition édité en 1999 par les Archives du Calvados, pour le centenaire de sa naissance. :

http://www.calvados.fr/files/content/mounts/Internet/Espace-type/archives/catalogue/catalogues-gratuits-pdf/14-jean-daligault.pdf?uuid=alfresco%3AInternet%3Aworkspace%3A%2F%2FSpacesStore%2Fecb1390c-419b-47aa-ad93-4803bffefa40

2 livres accessibles à des élèves de 3ème

- Une fiction pour les jeunes lecteurs : "Les sabots", de Jean-Pierre Vittori . Ouvrage écrit pour la collection "Les romans de la Mémoire", en 2003.
Un adolescent, Rémi, dont les parents ont aidé, à contre-coeur, un maquisard blessé, est déporté dans un camp de concentration allemand , ainsi que les hommes de son village.
Un déporté plus âgé le prend sous son aile...procédé qui permet à l’auteur d’expliquer aux lecteurs le fonctionnement du camp.
Rémi découvre aussi l’existence d’une mystérieuse "organisation", il découvre une certaine solidarité.
Bref, une fiction intéressante pour des jeunes de 15 ans pas suffisamment bons lecteurs pour aborder les témoignages de déportés. Un lexique à la fin.

- Ida Grinspan , "J’ai pas pleuré", éditions Pocket Jeunes Adultes.
L’histoire d’Ida est racontée par Bertrand Porot-Delpech. La 2ème partie, de la page 47 à la page 95 évoque la vie au camp : Auschwitz.
Plusieurs épisodes témoignent de gestes de solidarité entre déportées, et page 83, l’explosion du crématoire 4 est rapportée.
Témoignage clair et abordable.

Une chanson : le chant des marais

Chant symbole de la déportation : nous vous proposons une activité pour les élèves et une synthèse pour les enseignants sur le site du musée :

http://www.resistance-deportation18.fr/?article189

D’autres pistes sur le site du musée de la Résistance et de la déportation de Toulouse

D’abord, une synthèse complète sur les camps de concentration :
http://www.musee-resistance31.fr/index.php ?

Et des ouvertures sur la poésie, la photographie, dans la plaquette en ligne : à voir page 34, pages 39 et suivantes.

http://www.musee-resistance31.fr/images/fichierspdf/cg31_concours_2012.pdf

PS : Evidemment, cette liste n'est pas exaustive. Elle a seulement pour but de faciliter le travail des enseignants, en faisant des choix.

Dans la même rubrique

Haut de page

Partenaires

Conseil départemental du Cher Direction des services départementaux de l'éducation nationale du Cher Le Musée de la résistance Nationale Ministère de la Culture et de la communication Région Centre Val de Loire